Sites historiques importants

Sites archéologiques

De cinq millénaires d'activités humaines ont laissé des traces indélébiles sur les îles de Brijuni. Le climat doux et des conditions géographiques favorables ont assuré la continuité de l'activité humaine sur l'île de la préhistoire au dernier âge. Bien que la surface de l'île soit un peu plus grande de 7 km2, on a enregistré ici une centaine de localités et d'objets archéologiques de la période de la première localité néolithique jusqu'à les derniers jours de l’histoire de Brijuni.
Une localité de l'âge du bronze

Gradina

Une localité fortifiée de l’âge du bronze

Une localité fortifiée de l’âge du bronze avec les remparts préservés, l'entrée et la nécropole, elle est située sur la colline du même nom, au nord de la baie de Veriga.

Grâce à sa position en hauteur, la localité a été stratégiquement bien défendue et fortifiée avec trois bandes de remparts concentriques adaptées à la configuration de la colline. Le plateau central couvrait une surface de 80 x 90 m, alors que le diamètre du plus grand rempart était d'environ 300 m. Les remparts ont été construits en pierres sèches de gros blocs de pierre, tandis que l'espace entre l'intérieur et l'extérieur était rempli de petites pierres.

 

La forme du labyrinthe

Les entrées ont eu une grande importance et elles ont été construites à plusieurs reprises, ainsi ils ont obtenu la forme du labyrinthe. La largeur de l’entrée occidentale, dite l’entrée de Gnirs, était initialement plus de trois mètres. Dans la dernière phase, elle est réduite à un mètre de largeur pour ralentir et empêcher la pénétration possible de l'ennemi. Sur les murs des remparts, on a trouvé de nombreux cailloux, qui ont également été utilisés à des fins défensives, soit pour lancer ou comme les munitions pour des frondes.

Parmi les rares découvertes de bronze caractéristiques de cette période, il convient de mentionner la pointe de la lance détachée dans un combat près de l'entrée de Gnirs et le poignard découvert en tant qu’une offrande funéraire.

Les habitants de Gradina ont enterrés ses morts sous des piles de pierres dans une boîte de dalles de pierre. De telles tombes avec l'enterrement du squelette en position fœtale ont été trouvées sur les collines environnantes : Javornik, Antunovac et Rankun. Au cours de l'âge du bronze moyen (14ème siècle avant JC) auquel appartient la nécropole de Gradina, les cimetières sont placés le long des remparts de la localité, outre des sépultures individuelles dans des coffres en pierre, il y a aussi des tombeaux familiales clôturés.

Villa du temps de Jésus-Christ

Villa romaine dans la baie de Verige

Une luxueuse villa en campagne

Sur la côte ouest de Brijuni, le long de la baie de Verige, il se trouve une luxueuse villa romaine. La construction de la villa a commencé au premier siècle avant JC et elle a atteint sa plus grande gloire au premier siècle après JC. Certaines parties de la villa ont été utilisées jusqu'au sixième siècle.

Elle était composée de plusieurs bâtiments à des fins diverses situés à des endroits soigneusement sélectionnés dans différentes parties de la baie.

 

La maison d'été de luxe

Sur le côté sud de la baie, il y avait une maison d’été de luxe du caractère économique – résidentiel, avec deux péristyles. Une partie intégrante du complexe étaient également les temples du dieu de la mer Neptune, de la triade capitoline et de la déesse de l'amour et de la beauté Vénus situés au fond de la baie. Dieta, la palestre, les thermes romains, le vivier et la partie économique se trouvaient du côté nord de la baie. Tous les bâtiments étaient reliés dans une entité unique idéalement alignée avec le paysage grâce à un système intéressant de sentiers pédestres ouverts et fermés, qui s'étendait un kilomètre le long de la mer.

Du côté de la mer, le long de la maison d’été de luxe, la côte est construite de gros blocs de pierre et elle est maintenant environ 1 mètre en dessous du niveau de la mer. L'accès au port réglementait la chaîne (« verige »), qui reliait les côtes opposées, selon laquelle la baie était nommée.

En plus de cette villa luxueusement équipée de mosaïques, de fresques, de stucs et de marbre couteux, il y avait toute une série de villas romaines à Brijuni où le caractère économique dominait. Parmi eux, il y a la villa sur la colline de Kolci.

La villa romaine dans la baie de Verige fait partie de La Route des Empereurs romains qui a reçu un certificat du Conseil de l'Europe et de l'Institut européen des itinéraires culturels. L'itinéraire s'étend sur 3 500 kilomètres à travers la Croatie, la Serbie, la Bulgarie et la Roumanie et promeut le tourisme archéologique. Il comprend 20 sites archéologiques d'importance pour la période de la Rome impériale et liés à la vie de 17 empereurs romains.

Le site le plus riche de Brijuni

Le castrum byzantin

Le site le plus riche de Brijuni s'étend sur une superficie d'un peu plus d'un hectare. Les découvertes de la période de la république et de l'empire romains, de l'Antiquité tardive, des Goths orientaux, des Byzantins, de la période carolingienne et de Venise témoignent de l'existence de localités à long terme. 

La première villa dans la baie de Dobrika a été construite au Ier siècle avant JC

Pendant le règne d'Auguste, partiellement sur le lieu de la première villa, une nouvelle villa rustique (51 x 59 mètres) a été construite avec une cour centrale et des installations pour la production d'huile d'olive et de vin et des caves, ainsi que des zones résidentielles simplement décorées.

La villa était à vivre jusqu'à la fin du 4ème siècle quand elle a été transformée en localité en raison des changements sociaux. La localité était de type compact et elle a compris des maisons, des usines de transformation des olives et des raisins, des entrepôts, des ateliers, des forges, des fours à pain, en bref, toutes les fonctionnalités nécessaires au fonctionnement indépendant d'une communauté. La localité s’étendait progressivement et de forts remparts ont été érigés pour sa protection. En plus de l'entrée principale, au nord-est, il y a eu encore quatre portes pour la communication à l'intérieur du complexe. Il y avait aussi des petites places publiques. Pour les besoins de cult des nombreux habitants du castrum byzantin, la basilique de Sainte Marie a été construite à proximité immédiate.

Époque féodale

Avec l'arrivée de la domination franque à la fin du 8ème siècle, il apparut une nouvelle époque, l’époque féodale. Les murs de la villa carolingienne étaient séparés avec des lésènes, et la production de l'huile dans cette période s’exerçait dans les salles situées au bord de la mer. Tout le processus de production de l’huile a été documenté ici : du broyage des olives dans un moulin jusqu’au malaxage dans un des trois malaxeurs.

Les dernières traces de vie dans le castrum byzantin datent de l'époque vénitienne.

L'église à trois nefs du Moyen Age

L’église de sainte Marie

L'église à trois nefs du plan carré dont les murs latéraux sont préservés presque à leur hauteur d'origine. La taille de l'église (11 x 24 m) indique une grande population du le castrum byzantin voisin qui a construit ce bâtiment au 5ème ou 6ème siècle.

La zone de l'autel est surélevée de deux marches et de la nef de l'église partiellement séparée par un arc de triomphe préservé. Il y a une base d’autel in situ. Dans la zone d'entrée de la basilique, il y a un petit musée lapidaire où, outre d’autres expositions de l’église, ils y sont exposés des transennes, des grilles de fenêtre en pierre.

Dans le hall d’entrée de la basilique, en plein air, et autour de celui-ci il y avait un cimetière paléochrétien qui s'étendait sur 300 m de long jusqu'au coin sud-est du castrum byzantin.

À côté de l'église et du monastère bénédictin

Au début du IXe siècle, lorsque de nombreux édifices sacrés ont été rénovés, il y a eu également la reconstruction de l'église de sainte Marie. Elle a été équipée de nouveaux meubles avec des décorations triples distinctifs. La nombreuse population païenne doit avoir provoqué l'activité missionnaire menée par les bénédictins de nombreux monastères. Si pas plus tôt, à cette époque, un monastère bénédictin, qui s'étendait au nord et au sud de l'église, fut construit à côté de la basilique

Basilique à l'époque des templiers

Au XIIIe siècle, la basilique appartenait aux templiers. En abolissant leur ordre en 1312, la vie au monastère fut éteinte.

Près de cette église, il y avait aussi construite une petite église à une seule nef : l’église de st. Pierre dont le sol était recouvert d'une mosaïque tricolore.

Réveillez l'explorateur en vous et découvrez les sites archéologiques cachés de Brijuni. Découvrez le riche passé de Brijuni à travers de différentes périodes culturelles et historiques : de la préhistoire, l'antiquité, l’antiquité tardive, l'empire byzantin à la période vénitienne.
Achetez vos billets