Explorez la faune de Brijuni

La faune insulaire

La faune du Parc national de Brijuni est extrêmement riche, tant par le nombre d'espèces individus que par leur variété. L'habitat de l’île de Veliki Brijun couvre une superficie de 561 hectares et, grâce à son microclimat spécifique, permet la vie à de nombreuses espèces animales indigènes (domestiques) et allochtones (introduites). La diversité de l’écosystème contribue à cette richesse : les forêts, le maquis, les pelouses et les eaux terrestres sont les points focaux de la biodiversité où vous rencontrerez de nombreux types d'invertébrés et de vertébrés.
Faune extrêmement riche

Les animaux dans la nature

Des lapins, des cerfs, des mouflons

Sur l'île, il y avait un lapin (Lepus europaeus sp.) et entre les années 1902 et 1908, ils y sont introduites le cerf axis (Aksis aksis), le daim européen (Dama dama), les mouflons (Ovis musimon) et leurs descendants sont aujourd'hui les habitants des forêts, des parcs et des clairières de Brijuni, ainsi que de l'identité de Brijuni et d'une expérience de visite complète.

Le monde indigène des oiseaux

Des oiseaux indigènes sont relativement bien représentés. Certaines petites îles sont des habitats exceptionnels où nichent des laridés et des sterninae, et les espèces rares de cormoran huppé. Les îles de Brijuni sont un lieu saisonnier très important pour les populations d’oiseaux du nord, et la localité la plus intéressante est Saline. C'est une zone exceptionnellement humide avec trois lacs marécageux d’une superficie de 8 hectares clôturés dans le but de créer une réserve ornithologique. Le grand lac est recouvert de roseaux et offre de bonnes conditions pour la nidification des rousserolles, des rallidés, des foulques, du grèbe castagneux et du canard colvert.

Le monde sous-marin

Dans la boue et les eaux peu profondes des oiseaux trouvent des insectes, des larves de moustiques et les gambues, des poissons qui ont joué un rôle très important dans l’élimination du paludisme sur l'île du début du siècle. Dans cette zone clôturée, les sous-bois et la végétation basse se développent librement parce qu'il n'y a pas d'impact du gibier. C'est pourquoi cet habitat est idéal pour une variété d’oiseaux Sylvia, de rossignol philomèle, de merles noirs, de pouillot véloce et d’autres oiseaux de sous-ordre Passeri.

Dans les couronnes de pins, il y a l'épervier d'Europe, l'autour des palombes et la buse variable. Et d’autres prédateurs nous voyons régulièrement le busard des roseaux et le busard Saint-Martin.

Les oiseaux migrateurs

A la fin de l'été et à l'automne à Saline viennent divers types d'oiseaux qui y passent sur le chemin vers le sud.

Déjà en août, il y a le canard chipeau, le canard siffleur et la spatule blanche, les canards plongeurs, le canard pilet et la sarcelle d'été.

Parmi les ardéidés, il y a l'aigrette garzette, le héron cendré, le héron pourpré, le crabier chevelu et le bihoreau gris.

L’arrivé des grandes aigrettes, des cigognes noires et des butors étoilés suggère que ce site est important pour des espèces si rares et menacées. Outre du calme, ces espèces y trouvent une quantité suffisante de nourriture.

Animaux exotiques

Le parc Safari

Au bord nord de l’île de Veliki Brijun, sur une surface de 9 hectares, il y a un parc unique, le parc Safari, qui comprend une combinaison inhabituelle de la faune indigène istrienne et de la faune exotique sud-américaine, africaine et asiatique. L’éléphant indien Lanka, les lamas - les chameaux sudaméricains pour lesquelles la légende indienne explique qu’elles auraient été domestiquées dès le plus jeune âge de l'existence humaine, les zèbres, les vaches sacrées indiennes et les autruches d’Afrique, ils sont tous les résidents sympathiques de Parc Safari.

Animaux exotiques

Du côté gauche de l'entrée du Parc Safari, il y a des lamas, les chameaux sudaméricains, qui diffèrent des chameaux qu’on connait. Leur corps est plus petit, la tête est relativement grosse et très serrée, le museau est pointu et les yeux sont grands, les jambes sont minces et leurs doigts sont plus fragmentés.   Des lamas n’ont pas de bosse, et leur poil est long et laineux. Ils vivent sur les plateaux de la Cordillère jusqu'à 4500 m d'altitude.

Outre des lamas, ils y sont le zèbre des plaines et de montagne qui étaient le cadeau de la Guinée en 1960 et 1961 de Sékou Touré, ancien président de la Guinée. Dans la nature, les zèbres habitent les zones montagneuses d'Afrique australe et orientale. Le zébu ou le bétail indien sacré (Bos indicus) est le don de l'homme d'État et homme politique indien Nehru et il est sur les Brijuni depuis l’année 1959. Ce petit bétail indien sacré est en fait une espèce naine de vaches indiennes sacrées et possède toutes les caractéristiques du bétail, à l'exception de sa taille et son poids.

L’éléphante Lanka

Nous arrivons jusqu’à l'éléphante Lanka qui est arrivée sur les îles de Brijuni comme un cadeau de la Première ministre indienne, Indira Gandhi, en 1972. Cette éléphante est l’animal préféré dans le parc Safari. Dans la nature, les éléphants vivent dans les forêts d'Inde, de Sri Lanka, de Bornéo et de Sumatra. Les mâles peuvent peser jusqu'à six tonnes, ce qui les rend les plus grands mammifères terrestres dans le monde. Malgré leur taille impressionnante, leur pas est calme et léger grâce au tissu élastique doux comme un oreiller sous les ongles dans le pied. Grâce à leur trompe, les éléphants peuvent tâtonner, renifler, respirer, et le cas échéant, klaxonner. Chaque jour, ils doivent manger au moins 80 kg de nourriture végétale, et en une seule fois ils boivent de 6 à 10 litres d'eau, leur permettant de boire jusqu'à 200 litres d'eau à la fois.

Des animaux indigènes

Parc ethnographique

Le parc ethnographique, situé dans le parc Safari, présente une ferme istrienne avec des espèces animales indigènes : des bœufs d’Istrie   (« boškarin »), des moutons d’Istrie (« istarska pramenka »), des ânes et des chèvres.

Il est destiné à la vie et à la présentation d'animaux domestiques d'Istrie. Il contient également des objets appropriés au mode de vie et au bien-être des animaux domestiques, comme par exemple « tetoja »   ouverte  istrienne (la zone couverte avec mangeoire pour les animaux).

Le bœuf d’Istrie (Boškarin)

Le boeuf d'Istrie est-il un « aurochs » ?

Il existe de nombreux avis sur les origines de Boškarin. Certains le considèrent comme appartenant à un groupe de bétail podolien qui est venu en Istrie avec des légions romaines au cours des premiers siècles après le Christ. On sait également que les hordes dirigées par Atila en 452 ont amené avec elles le bétail podolien dans nos régions. Certains, à la base des restes de bovins sauvages des grottes d'Istrie datant de plus de 10 000 ans, croient que les bovins d'Istrie pourraient être le descendant direct de l'aurochs.

Mouton d'Istrie

Le mouton d'Istrie est d’origine du mouton de la Méditerranée introduit dans le passé   par des Istriens. Il est possible que cette race a été formée en combinaison avec des moutons istriennes « Pramenka ». Il existe un type plus grand de moutons d'Istrie (l’Istrie de sud), et un type plus petit (Labinština et l’Istrie d’est).

Quelles que soient les différentes théories sur l'origine de cette race, il est certain que dans cette zone géographiquement isolée vivent des moutons donnant une grande quantité de lait.

Réserve d'oiseaux

Saline

Dans la profonde baie au sud de l'île de Veliki Brijun, derrière le cap de Gromača, il y a la réserve d'oiseaux de Saline. Il s'étend sur une surface de 7 hectares couverte de plantes de zones humides et de trois  petits lacs. Dans le cadre du plus grand lac, dont les contours et l’intimité sont cachés par le carex, il y a une petite île avec une maison en paille où, en écoutant le chant des oiseaux, s’était détendu Josip Broz Tito.

Une réserve d'oiseaux

Cette réserve d'oiseaux a été créée sur les ruines du marais salant médiéval qui puise ses origines du marais salant d’antiquité dont les traces  peuvent encore être vues le long de la côte. De l’importance   du marais salant indiquent les documents disant que le revenu de la vente du sel de Brijuni était un « revenu extraordinaire de la République de Venise » ou que, si vous souhaitez créer un marais salant, vous devez « visiter le marais salant Inzulae Brionorum qui fonctionne bien et de qualité pendant des siècles ». En 1960, par des travaux d’amélioration, le territoire du marais salant a été recouvert et deux étangs ont été créés. En 1973, un troisième étang a été créé. À cette époque, le plus grand lac et l’environnement prennent leur forme finale fonctionnelle et paysagère, et cette région devient un lieu de rassemblement d'oiseaux locaux et migrateurs, c’est-à-dire, un parc ornithologique.

Parc ornithologique

Aujourd’hui, le parc ornithologique de Brijuni offre une belle image et le chant idyllique   de divers oiseaux flottant sur les étangs ou se cachant dans un maquis méditerranéen   et des herbes des zones humides. C'est une région rare et exceptionnelle pour l'Istrie à l'exception des périodes de nidification (en avril et en mai).

lle est accessible à l'homme par une promenade douce autour de l'étang ou du point de vue de l'oiseau d’une des tours de surveillance hautes ou cachées dans les couronnes d’arbres. En plus de la découverte du monde des oiseaux, le parc ornithologique de Brijuni offre une possibilité, limitée à quelques invités chanceux, de manger et profiter du chant des oiseaux dans une cabane en paille.

La faune exceptionnellement riche des îles de Brijuni impressionnera même les amoureux de la nature les plus exigeants.
Achetez vos billets